Joël Jancovic

Histoire d'une greffe du foie

http://www.jancovic.com

 
Joel Jancovic
Menu principal
Nouvelles
Fil RSS
pourrait être flux directeur zone petit pital garder importants confiance peau sanguins mani heures résultats health neupogen patique problemes soins




 

Bienvenue

Ma greffe du foie a été effectué le 21 juillet 2004.

Un matin de septembre 2003, je me suis rendu aux urgences, à l'hôpital de Gatineau. Les chevilles très enflées. J'ai eu le droit à une batterie de tests. Le diagnostic : cirrhose du foie en mode terminal dû a la présence d'une hépatite C. J'ai appris également que je souffrais d'un cancer.

En juin 2004, quelques jours avant ma greffe, j'entame une procédure afin de prouver que l'hépatite C est d'origine transfusionnelle. Une plainte a été déposé auprès des tribunaux.
été 2012
Cette partie du site n'a pas eu de mise à jour depuis bien longtemps.
Ma situation, qui n'avait pas beaucoup changée depuis quelques années est en train d'évoluer. Pour suivre cette évolution, un nouveau site est disponible où je vais tenter de clarifier les étapes vers la greffe du foie.
Le SCY-635 de SCYNEXI Suggérer par mail
19-04-2010
SCYNEXIS, Inc., société spécialisée dans la mise au point de médicaments, a présenté aujourd'hui des données montrant le profil unique de résistance au SCY-635, un nouvel inhibiteur oral de la cyclophiline faisant l'objet d'une étude pour le traitement de l'infection par le virus de l'hépatite C (VHC). Dans cette étude, SCYNEXIS a démontré que le virus de l'hépatite C devait muter plusieurs fois à travers deux protéines séparées afin de développer une résistance au SCY-635. La majorité des médicaments contre le VHC présents sur le marché et en cours de développement requièrent une seule mutation virale ciblée pour établir une résistance. Les résultats ont été présentés lors d'une séance orale intitulée «Sélection de résistance après 15 jours de monothérapie avec le SCY-635, un inhibiteur de la cyclophiline non immunosuppresseur possédant une forte action anti-VHC», à la 45ème réunion annuelle de l'Association européenne pour l'étude du foie (EASL) à Vienne, en Autriche.

«Ces derniers résultats renforcent les promesses du SCY-635, qui apparaît comme un futur nouveau médicament essentiel dans le traitement du VHC», a déclaré Sam Hopkins, PhD, directeur scientifique de SCYNEXIS. «Au cours de l'année, nous avons pu établir que le traitement en monotherapie du SCY-635 procure une réduction significative au point de vue clinique de la charge virale et des effets secondaires mineur. Nous avons montré que le SCY-635 synergise lorsqu'il est combiné à d'autres agents antiviraux à la fois approuvés ou en cours de developement, et nous avons maintenant démontré que le SCY-635 semble présenter face au virus de l'hépatite C une barrière bien plus importante à la résistance que les thérapies actuellement en cours de développement.»

Les précédentes études de Phase 1b ont démontré que SCY-635 administre seul était associé à un déclin significatif au point de vue clinique de la charge virale dans le plasma (une baisse moyenne et maximale de 2,3 log10) et que le déclin maximal a été observé le dernier jour de l'étude, le 15ème jour, suggérant ainsi une forte barrière au développement de la résistance virale. Pour les études de résistance présentées à l'EASL, SCYNEXIS a réalisé une analyse approfondie d'échantillons de virus d'individus ayant participé à l'étude de Phase 1b afin d'évaluer dans quelle mesure le traitement prolongé par monothérapie avec SCY-635 était associé à des marqueurs de résistance au produit.

Les participants ont reçu soit un placebo (n=3), soit 900 milligrammes par jour de SCY-635 (n=6). Les échantillons ont été obtenus à trois étapes de l'étude?le 1er jour (immédiatement avant le traitement), le 15ème jour (le dernier jour du traitement) et le 22ème jour (sept jours après la fin du traitement). L'ARN spécifique au VHC a été extrait du plasma des patients et la méthode RT-PCR a été pratiquée pour amplifier les régions génétiques NS5A et NS5B, qui encodent les protéines clés de la réplication virale. Les PCR résultants ont été séquencées et les séquences obtenues au 15ème et au 22ème jour ont été comparées aux données de la séquence du 1er jour afin d'évaluer l'apparition de mutations de résistance. Aucune mutation dans NS5A liée au traitement n'a été détectée dans les échantillons. Deux sujets ont connu des mutations dans NS5B liées au traitement, mais aucun patient n'a présenté d'évidence de rebond virologique durant le traitement. Ces données sont cohérentes avec les précédentes études in vitro qui indiquent également que de multiples mutations dans NS5A et NS5B sont nécessaires pour conférer au virus un haut niveau de résistance au SCY-635.

«Il existe un besoin important pour des traitements plus efficaces contre le VHC qui puisse atteindre une plus large population de patients et qui aident à surmonter les problèmes de résistance», a déclaré Yves J. Ribeill, PhD, président-directeur général de SCYNEXIS. «Nous sommes persuade que le SCY-635 pourrait jouer un rôle important dans la mise au point d'un traitement permettant d'inclure un nombre plus important de patients atteints du VHC et nous poursuivons les études dans ce but. SCYNEXIS démarrera une étude de Phase 2a du SCY-635 pour les patients atteints du génotype 1 du VHC ne suivant aucun traitement en association avec le traitement actuel au cours du deuxième trimestre 2010, et nous attendons de cette étude des résultats très positifs d'ici la fin de l'année.»

Source : http://bourse.lci.fr